Crises ivoiriennes, Bédié affirme : « Je n’ai pas de sang sur les mains »

Publié le Modifié le
crises-ivoiriennes-bedie-affirme-je-n-ai-pas-de-sang-sur-les-mains Bédié affirme ne pas avoir du sang sur les mains dans les différentes crises ivoiriennes.
Politique

S’agissant des différentes crises vécues par les ivoiriens, le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et ancien chef de l'Etat, Henri Konan Bédié, a affirmé au cours d’une interview accordée au quotidien Le Monde, ce jeudi 1er août 2019 qu’il n’a pas « de sang sur les mains ».

 « Je ne regrette rien, sauf ce que je n’ai pas pu faire. Je n’ai pas de sang sur les mains. Parmi les dirigeants de Côte d’Ivoire, et même au monde. Je suis l’un des rares à ne pas avoir versé le sang d’autrui. Je n’ai pas de sang sur les mains. Je ne suis pas riche. Je ne m’en suis pas servi lorsque j’étais au pouvoir. Je suis donc en paix avec ma conscience », a-t-il dit, répondant à une question du confrère, relative aux différentes crise ivoiriennes.

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, une tentative de coup d'État échoue en Côte d'Ivoire, provoquant la scission du pays en deux zones géographiques. Le Général Guei perd la vie dans la confusion.

 Ensuite, il y a eu la crise post-électorale de 2010 qui a opposé l’actuel chef d’Etat, Alassane Ouattara à l’ex-président Laurent Gbagbo, fondateur du Front populaire ivoirien qui se trouve en ce moment en liberté conditionnelle à Bruxelles, après un procès à la Cour pénale internationale (CPI). Officielllement, 3 000 morts ont été dénombrés.

« Les responsables se connaissent et je les connais aussi. Je leur ai pardonné et je leur laisse le temps de demander pardon à la nation. Ils m’ont personnellement demandé pardon. Il leur reviendra de le faire publiquement lors des séances de Réconciliation nationale que nous souhaitons organiser si nous gagnons les élections », a-t-il précisé en parlant des auteurs des différentes crises ivoiriennes.

Rappelons que, jusque-là, aucune poursuite judiciaire n’a été engagée contre lui.

 

Idriss KONE

 

 

Idriss KONE (stg)
Voir ses articles