Côte d’Ivoire : Le professeur Martin Bléhou et l’Iman Aguib Touré disent non à un 3ème mandat d’Alassane Ouattara, 20 ans de prison pour les marcheurs

Revue de presse
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-le-professeur-martin-blehou-et-l-iman-aguib-toure-disent-non-a-un-3eme-mandat-d-alassane-ouattara-20-ans-de-prison-pour-les-marcheurs La candidature d'Alassane Ouattara est de plus en plus contestée par la population ivoirienne.

La candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle d’octobre 2020, les manifestations contre le troisième mandat et les arrestations qui en découlent sont les sujets qui cristallisent l’attention de la presse ivoirienne ce lundi 17 août 2020.

Alors qu’Alassane Ouattara avait clairement laissé entendre depuis plusieurs années qu’il ne ferait pas de troisième mandat, le chef de l’Etat se représente finalement à l’élection du 31 octobre prochain. Alassane Ouattara espérait laisser à la postérité l’image d’un économiste bâtisseur qui avait pacifié la Côte d’Ivoire. Sa candidature à un troisième ou premier mandat (selon le camp politique) est de plus en plus contesté par l’opposition ivoirienne qui évoque une violation de la Constitution de 2016.

Mais pour le camp présidentiel, le président Alassane Ouattara est éligible au regard de la nouvelle Constitution. Outre les politiques qui s’expriment sur cette question, des hommes de droit et religieux, ont décidé de prendre position. Aux nombres de ceux-ci, figurent le professeur Martin Bléhou présenté comme l’un des meilleurs constitutionnaliste d’Afrique et l’Iman Aguib Touré. Ces derniers s’opposent formellement à une probable candidature du président Alassane Ouattara.

« Le Professeur Bléhou Martin : ‘’Alassane Ouattara n’est pas éligible à l’élection présidentielle d’octobre 2020.’’ », barre à sa Une le Quotidien d’Abidjan. Dans la même veine, le confrère Le Temps titre ceci : « 3ème mandat du mentor du Rhdp, L’Imam Aguib Touré : ‘’Le président ne doit pas renier sa parole.’’ ».

Pour faire entendre leurs voix, les opposants ont organisé des marches éclatées sur l’ensemble du territoire national. Bilan des marches, quatre (04) morts. De quoi faire réagir le Gal Alexandre Apalo Touré, commandant supérieur de la gendarmerie. « Manifestations de colère dans les rues, les auteurs risquent 20 ans de prison. Gal Apalo Touré : ‘’Les manipulateurs sont connus et nous en avons les preuves.’’», titre le confrère L’inter.

 

Maxime KOUADIO