Crise au Burida: Pour le camp Noël Dourey, Fadal Dey et ses amis font perdre 53 millions de F Cfa au Burida


18/05/2019
Crise au Burida: Pour le camp Noël Dourey, Fadal Dey et ses amis font perdre 53 millions de F Cfa au Burida
Des artistes ne sont pas d’accord avec ceux qui ont fait le sit in, le 14 mai dernier (Ph. DR)

Quelques jours après le sit-in de Fadal Dey et de ses amis devant la maison du Bureau ivoirien des droits d’auteurs (Burida) pour exiger le départ hic et nunc de la Directrice générale (Dg), Irène Vieira, les langues se délient.

Selon une source proche du dossier, à ce jour, au niveau des instances dirigeantes du Burida, chaque partie a une idée du rapport provisoire du cabinet d'audit diligenté par l’Inspection générale d’Etat (Ige). «(…) Ce rapport a été transmis au Burida, le vendredi 3 mai 2019. Ce rapport était très attendu de part et d'autre. Mais depuis ce même vendredi, comme par enchantement, les commanditaires de cet audit ont lancé un préavis de sit-in, à compter du 14 mai 2019 jusqu'à ce que Mme Vieira quitte le Burida. Pourquoi ce revirement de situation? Les résultats de l'audit n'ont-ils plus d'importance? Quelles sont les preuves de la mauvaise gestion de la Dg, depuis tout ce temps? Les frondeurs n'ont-ils plus confiance aux institutions de la République, auprès desquelles leur requête a été déposée, notamment l'Inspection général d'Etat et la Primature?», s’est interrogée sous couvert de l’anonymat, une source proche du camp Noël Dourey. Pour lui, les résultats de l’audit qui ont coûté 53 millions de francs Cfa au Burida sont du ressort de Fadel Dey et ses amis qui ont saisi l’Ige pour cette action.

Toutefois, du côté des artistes de Côte d’Ivoire qui ne se reconnaissent pas dans les actions des frondeurs, il n’est plus question de laisser prospérer de tels actes. Car, depuis l’éclatement de la crise, la patronne du Burida, le ministère de la Culture et de la Francophonie et toutes les autres parties prenantes dans cette crise, essayent, tant bien que mal, de jouer la carte de l’apaisement et de la transparence. C’est le cas de Noël Dourey, qui a désapprouvé l’attitude des frondeurs dans une interview publiée dans Soir Info N°7376 du jeudi 14 mai 2019. « Depuis l’arrivée de M. Sery Sylvain, le Burida a sorti de ses caisses, 99 millions de F Cfa de cette maison pour, dit-on, assurer la pérennité ou alors une bonne gestion de cette maison. 99 millions de F Cfa qui se soldent par un sit-in inopportun, ahurissant et ridicule », a-t-il décrié. Non sans confirmer l’information selon laquelle, 53 millions de F Cfa ont été effectivement dégagés pour un audit. « Les résultats de l’audit ne sont pas encore connus, que des artistes manipulés, instrumentalisés et qui sont les moins productifs en plus, se mettent en branle pour dénoncer la gestion de Irène Vieira », a-t-il asséné.

Une situation qui fait monter la colère chez les sociétaires qui, depuis maintenant neuf (9) mois, assistent à l’instauration du désordre dans leur maison commune. Ceux-ci soupçonnent les frondeurs de vouloir anéantir tous les efforts du Burida et du gouvernement ivoirien, pour assurer la bonne répartition des droits d’auteur dans le pays.

Séverin DJAHA

 

Severin Djaha

|

  • SOURCE: Soir info

Videodrome