Lutte contre la covid-19 : L'isolement du Grand Abidjan par la route mais connecté par les airs, vivement critiqué


27/06/2020
Lutte contre la covid-19 : L'isolement du Grand Abidjan par la route mais connecté par les airs, vivement critiqué
Des populations réclament la libre circulation entre Abidjan et l'intérieur du pays.

 

Le dernier Conseil national de sécurité (Cns) du jeudi 25 juin 2020, a décidé le maintien de l'isolement du Grand Abidjan (par la route) et l'ouverture de l'espace aérien. Une décision fort critiquée par les Ivoiriens qui estiment que le Cns n'est pas conséquent envers lui-même, sur ce chapitre, en décidant d'une chose et son contraire.

« Tenant compte de la situation, et après avis du Comité Scientifique, le Conseil National de Sécurité décide, et ce jusqu’au mercredi 15 juillet 2020 : du maintien de l’état d’urgence ; du maintien de la fermeture des frontières terrestres et maritimes ; du maintien de l’isolement du Grand Abidjan, en renforçant le contrôle aux entrées/sorties et en sanctionnant les cas de violation (…) Le Conseil National de Sécurité a également décidé : de l’ouverture des vols domestiques à compter du vendredi 26 juin 2020, dans le strict respect des mesures sanitaires ; de l’ouverture des vols internationaux à compter du 1er juillet 2020 dans le strict respect des mesures sanitaires... » Tels sont les points de contradiction que révèlent les Ivoiriens. La polémique enfle, sur la toile, notamment. Des internautes estiment que cette décision est discriminatoire. « C'est dire que les pauvres ne peuvent plus aller au village. Il faut, pour aller à l'intérieur du pays emprunter forcément l'avion ; payer par exemple 40.000 francs Cfa (Aller-retour) pour regagner Bouaké contre 15.000 francs par car. En quoi cela permet-il réellement de lutter contre la propagation du coronavirus ? », a posé à Linfodrome cette question, un internaute, au cours d'une conversation téléphonique, ce samedi 27 juin 2020.

D'autres interlocuteurs pensent que dernière cette décision se cache un projet politique inavoué : empêcher l'opposition de déployer sa stratégie de conquête du pouvoir, d'aller massivement battre la campagne, notamment. « Il faut arrêter ça. Pourquoi proroger plus longtemps la souffrance des populations et des compagnies de transport terrestre ? Si les voyages sont permis par avion, il suffit d'appliquer ces mêmes dispositions aux cars et permettre à tout le monde de voyager, au nom de l'égalité de tous devant la maladie : port du masque obligatoire, distanciation physique et que sais-je encore », a proposé un auxiliaire de transport, frappé par un chômage technique forcé. Il a dénoncé cette mesure à double vitesse qui impacte fortement le business des transporteurs terrestre et de tous ceux qui y tirent leurs moyens de subsistance.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2