Justice

Charnier de Yopougon: des victimes portent plainte contre le quotidien "Notre Voie"


04/11/2013
Le message des victimes clairement libellé sur des pancartes. Ph D.R
Un appel pour l'avancement de l'enquête du charnier de Yopougon et une plainte contre Notre Voie sont les actions du Collectif des Victimes de Côte d’Ivoire (CVCI) dans la journée du lundi 4 novembre 2013.

Le Collectif des Victimes de Côte d’Ivoire (CVCI) a organisé un sit-in devant le palais de la Justice d’Abidjan Plateau, ce matin lundi 4 novembre 2013. Il réclamait justice pour le charnier de Yopougon, en 2000. Menés par son président Issiaka Diaby, les victimes et leurs parents ont manifesté leur mécontentement face à l’inertie des autorités judiciaires compétentes devant les agissements de certaines personnes indélicates.

Au procureur de la République Adou Richard qui l’a reçu, Issiaka Diaby a demandé une évolution de l’enquête en cours afin que les auteurs de ce crime soient punis « car l’appareil judiciaire de notre pays doit demeurer impartial et intransigeant sur ces faits », a t-il déclaré. À la suite du procureur, il a été entendu par le doyen des juges. Le CVCI a également porté plainte pour délation contre le quotidien Notre Voie. Il lui reproche d’avoir écrit des contrevérités sur le charnier.

Dans une coupure de journal de Notre voie que Issisaka Diaby a tenu à présenter à la presse, l’on lit que « il y a 13 ans déjà, le RDR créait le charnier de Yopougon », que « le charnier de Yopougon est un montage grossier » contre Laurent Gbagbo et démontre « une capacité de nuisance au dessus de la moyenne » du parti d’Alassane Ouattara.

Pour le président du CVCI, « ces articles sont la suite logique favorisée par l’impunité, de l’attitude condamnable de certains de nos concitoyens qui, non seulement n’ont pas de compassion pour les victimes et parents des victimes, mais se complaisent plutôt à les narguer avec des propos et des écrits outrageants et calomnieux ». Il a souhaité que les auteurs des écrits tendant à minimiser leur souffrance soient entendus. Aux membres du Collectif, il a demandé de toujours privilégier la voie de la justice et ne jamais chercher à se rendre justice soi-même.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2