Côte d'Ivoire

Infrastructures portuaires et entreposage : Emile Gnagra, directeur général de SDMA entend accompagner l’Etat

Publié le Modifié le
infrastructures-portuaires-et-entreposage-emile-gnagra-directeur-general-de-sdma-entend-accompagner-l-etat
Economie

Emile Gnagra, directeur général d’une société intervenant sur les plateformes portuaires, a dévoilé son intention d’accompagner l’Etat en devenant un acteur majeur sur les deux ports maritimes de Côte d’Ivoire.

Le directeur général de la société de dédouanement maritime et portuaire (SDMA) Emile Gnagra a accordé une interview le 26 novembre 2022, dans laquelle il fait le bilan de la plateforme logistique de sa structure inaugurée le 9 octobre 2021 à Bouaflé.

Notre vision, c’est d’accompagner l’Etat

« On va dire que le bilan est mitigé. Sur le plan de la rentabilité, le bilan est très positif parce que tous les investissements qui ont été faits ici à Bouaflé sont en voie d'être rentabilisés. Notre vision, c’est d’accompagner l’Etat vraiment dans la collecte des fonds mais aussi dans la maîtrise des flux sur les imports et exports. C’est pourquoi nous voulons investir massivement dans les infrastructures portuaires dans les cinq prochaines années » a déclaré Emile Gnagra. Il a rappelé que les ports d’Abidjan et de San Pedro sont gérer depuis par des structures internationales.

Nous réaffirmons notre volonté d’apport notre modeste contribution dans la gestion des flux locaux/nationaux

Toutefois, la structure gérée par Emile Gnagra veut jouer sa partition. « Actuellement, nous voulons aider en aval en tant que relais, pour que la nouvelle structure puisse mieux accomplir sa mission régalienne de gestion des ports. C’est un secteur très névralgique et nous réaffirmons notre volonté d’apport notre modeste contribution dans la gestion des flux locaux/nationaux mais aussi transfrontaliers. Nous voulons être un acteur majeur sur les deux ports maritimes » a-t-il affirmé.

Pendant son intervention, le directeur général a révélé des efforts seront faits pour apporter une plus-value en terme de création d’emploi pour la jeunesse de Bouaflé. « A la population de Bouaflé, nous voulons encore faire part le sentiment mitigé car même si nous sommes satisfaits de la profitabilité de la plateforme, au plan de l’impact social beaucoup reste à faire. Les investissements supplémentaires que nous comptons faire incessamment devraient avoir un impact plus fort sur la jeunesse de Bouaflé en termes de création d’emplois. Ils peuvent faire confiance à SDMA. Nous ne les avons pas oubliés » a rassuré Emile Gnagra.