Libération des 49 militaires ivoiriens : Le Mali pose deux conditions, la Côte d’Ivoire dit niet

Publié le Modifié le
liberation-des-49-militaires-ivoiriens-le-mali-pose-deux-conditions-la-cote-d-ivoire-dit-niet Les 49 soldats ivoiriens sont toujours détenus au Mali
Politique

Le gouvernement malien a posé deux conditions majeures avant toute libération des 49 militaires ivoiriens arrêtés à leur descente d’avion, le 10 juillet dernier, à l’aéroport de Bamako.

Ouvertes jeudi dernier à Lomé au Togo, les négociations entre les délégations ivoiriennes et maliennes en vue de la libération des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali sont au point mort. Selon RFI, qui livre l’information, la première phase de ces négociations conduites par Faure Yassingbé, le président togolais, s’est soldée par un cuisant échec.

 Les raisons d'échec

 

A en croire notre source, la partie malienne a exigé avant toute libération des soldats ivoiriens, que la Côte d’Ivoire exprime officiellement « des regrets », mais aussi que lui soit rendu « des ressortissants maliens », vivant en Côte d'Ivoire, ou simplement de passage, recherchés par la justice malienne.  Des propositions que la délégation ivoirienne conduite par Téné Brahima, le ministre ivoirien de la Défense,  a formellement rejeté.  

Se faisant plus précis, notre source indique que la Côte d’Ivoire a répondu « non » pour le premier point

Se faisant plus précis, notre source indique que la Côte d’Ivoire a répondu « non » pour le premier point.  Concernant le second point,  il a a évoqué la séparation des pouvoirs législatif et judiciaire. La médiation a tourné court. Pourtant prévu, il n’y a finalement même pas eu de communiqué final sanctionnant la fin de la rencontre. Selon un témoin, les Ivoiriens ont quitté Lomé furieux. Mais dans l’entourage du président togolais, on confie qu’il poursuivra ses efforts afin de trouver une solution.

La délégation ivoirienne était conduite par Téné Birahima Ouattara, ministre d’État, chargé de la Défense et Fidèle Sarassoro, directeur de cabinet du président Alassane Ouattara, faisaient partie de la délégation ivoirienne.  Côté malien, la présence de Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères a été fortement remarquée. Les 49 militaires ivoiriens, faut-il le rappeler, sont toujours détenus au Mali depuis 3 semaines.