Affaire District d'Abidjan contre Mairie du Plateau : Me Claver N’Dry, avocat de Blé Goudé, expose sa crainte

Société
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
affaire-district-d-abidjan-contre-mairie-du-plateau-me-claver-n-dry-avocat-de-ble-goude-expose-sa-crainte Me Claver N'Dry, Avocat au barreau de Côte d'Ivoire

L’avocat de Charles Blé Goudé, Me Claver N’Dry, a dit sa peur de voir la jungle nous emporter un jour suite au conflit qui oppose le district d’Abidjan à la mairie du Plateau après la destruction d’un ouvrage communal en construction par le district.

"Ne me demandez pas d'exposer la cause évidente de ma crainte! L'attitude de ceux qui ont détruit cet ouvrage public serait l'expression d'un état de nature dans lequel LE LEVIATHAN règnerait en maitre. Un état dans lequel le plus fort est le maître. Sans une décision du juge, le plus fort peut se faire justice. Impunément", a posté Me Claver N’Dry sur Facebook.

Selon le maire du Plateau, Jean-Jacques Ehouo, "Dans la nuit du samedi, 03 juillet 2021, aux environs de 23h30 minutes, une escouade d’éléments en tenues des forces de sécurité nationale, agissant pour le compte des autorités du District Autonome d’Abidjan, a escorté une machine de type Caterpillar pour procéder à la démolition de trois ouvrages d’art d’embellissement face à la Cathédrale Saint Paul du Plateau".

Pour Me Claver N’Dry "Comment pourrait-on en douter? Plus d'une semaine après cet acte, aucune institution administrative ou judiciaire n'a fait de déclaration pour faire la lumière sur cette affaire. Pas d'intérêt. Pas d'action. Pauvre Côte d'Ivoire. Nous n'avons pas le choix. Une Génération de Rupture pour penser une autre Côte d'Ivoire s'impose à nous. Sinon la jungle nous emportera".

"J’entends convoquer, très prochainement, une réunion d’urgence du Conseil Municipal pour déterminer la suite judiciaire qui pourrait être réservée à cette seconde démolition de chantier perpétrée par l’Administration du District Autonome d’Abidjan au mépris des dispositions légales et règlementaires", a indiqué Jean-Jacques Ehouo qui a affirmé avoir saisi par courrier le ministre en charge de l’Intérieur et de la sécurité. 

Le maire du Plateau a aussi insisté sur le fait que "cette démolition de ces ouvrages financés par les deniers publics du contribuable de la Commune du Plateau, est intervenue au mépris, d’une part, de toutes les règles de droit liées aux pouvoirs de police, aux compétences transférées aux communes et aux districts".

Alain TRA BI