Côte d'Ivoire

Porlhala Festival : Le ministre Siandou Fofana salue la grande richesse du patrimoine culturel Senoufo

Publié le Modifié le
porlhala-festival-le-ministre-siandou-fofana-salue-la-grande-richesse-du-patrimoine-culturel-senoufo
People

La 1ère édition du Porlhala Festival a eu lieu du 13 au 15 mai 2022 à Kouto. Le ministre du tourisme et des loisirs Siandou Fofana a été subjugué par la richesse du patrimoine culturel du peuple Senoufo.

Le Ministre du Tourisme, Siandou Fofana Représentant le Ministre d'État, Ministre de la Défense et Président du Conseil régional du Tchologo, Téné Birahima Ouattara, a noté en son nom, lors de son allocution à la cérémonie d'ouverture, le samedi 14 mai dernier, le caractère fédérateur et la contribution exemplaire du Poro à la paix et à la cohésion sociale. Tout en soulignant au passage que le Porlhala Festival (Grand’messe du Poro en langue Senoufo), s’érige, comme un moule de l’intégration africaine.

Porlhala Festival de Kouto une vitrine lumineuse pour Sublime Côte d’Ivoire

Le ministre du Tourisme et des Loisirs avait à ses côtés, le Ministre Bruno Nabagné Koné et l'ancien ministre Dossongui Koné, l'initiateur du Festival. Tous deux fils et cadres de la région de la Bagoué. Siandou Fofana a d’emblée indiqué que le Porlhala Festival de Kouto est une "vitrine lumineuse pour notre Sublime Côte d’Ivoire".

Par ailleurs, il s'est réjoui de voir plus d’une soixantaine de masques, de troupes de danse sacrées comme profanes venues des régions de la Bagoué. Le Poro, porte-étendard de la culture Senoufo est dès lors perçu comme un creuset pour s'approprier les vertus du vivre-ensemble à travers notamment le rite initiatique.

L’importance du Poro dans la société Sénoufo est indéniable

Cette première édition du Porlhala Festival a également été marquée par des travaux de chefs traditionnels, d'éminents chercheurs et de prêtres du savoir ancestral, en témoignant. Il ressort, en outre, que l’importance du Poro dans la société Sénoufo est indéniable. Car, permet-il, selon les données sociologiques et anthropologiques, au jeune impétrant, sept (7) années durant, une préparation à la vie sociale et spirituelle.

Etant donné que c’est la matrice de l’école de vie en pays Sénoufo, dans la mesure où des vertus telles que le savoir-être, le savoir-vivre, le savoir se comporter en public, le respect des aînés et la capacité à affronter les difficultés de la vie sont inculquées aux initiés.