Saison des pluies : les abords du Stade Robert Champroux de Marcory sous les eaux (vidéo)

Publié le Modifié le
saison-des-pluies-les-abords-du-stade-robert-champroux-de-marcory-sous-les-eaux-video
Société

En saison des pluies, le stade Robert Champroux est difficilement accessible en raison des intempéries, a constaté linfodrome.

La saison pluvieuse et son corollaire d'inondations n'a pas fini de perturber la quiétude des populations. A Marcory (Abidjan), les abords du Stade Robert Champroux qui se situe dans cette commune, n'y échappent pas.

Inondations à quelques encablures du stade de Marcory

Lors de la nouvelle pluie qui s'est abattue dans l'après-midi de ce lundi 20 juin 2022, une inondation est survenue dans les alentours de l'enceinte qui accueillait le match de l'Africa Sports contre le Stade d'Abidjan, comptant pour la 21e journée de la Ligue 2. En effet, l'eau de pluie s'est introduite dans des foyers situés à côté du stade au niveau de la tribune A, a constaté linfodrome.ci qui couvrait le match. Les véhicules stationnés à cet endroit, ont été englouti jusqu'au niveau des pneus.

La rencontre annulée après la grosse pluie, les nombreux spectateurs qui ont regagné leurs véhicules, ont eu du mal à se frayer un chemin sur le chemin du retour, en raison de l'importante quantité d'eau stagnante qui pouvait endommager le moteur de leurs engins. Pour quitter la zone, les piétons eux qui ne cherchaient qu'à sortir de ce traquenard, ont dû carrément plonger les pieds dans l'eau risquant de subir une entorse à la cheville.

Au moment où nous quittions les lieux, les difficultés à quitter le stade se faisaient dairement ressentir. Des riverains eux, ont affiché leur désarroi, expliquant qu'ils étaient "régulièrement touchés par les inondations".

A un an de la Coupe d'Afrique des nations de football (CAN 2023), le problème des inondations à Abidjan persiste. Une mesure pour amplifier la lutte contre le fléau s'impose afin d'éviter tout désagrément et réussir "la meilleure CAN de l'histoire", comme le veulent les autorités ivoiriennes. 

Vidéo