PPA-CI-ligue des Femmes : Le comité de contrôle suspend tout le processus électoral !

Publié le Modifié le
ppa-ci-ligue-des-femmes-le-comite-de-controle-suspend-tout-le-processus-electoral Ligue des femmes : Le comité de contrôle du parti de Laurent Gbagbo suspend tout
Politique

Le comité de contrôle du parti des peuples africains-Côte d’Ivoire a décidé de suspendre le  processus électoral en cours de l’élection de la Secrétaire nationale de la ligue des femmes

L’information émane d’un communiqué du parti de l’ex-président ivoirien, publié ce mercredi 13 avril 2022.

Motif de la suspension


Le comité de contrôle du PPA-CI, réuni en session extraordinaire, a à l’unanimité décidé de suspendre le processus électoral portant élection de la secrétaire nationale de la ligue des Femmes. La note signée d’Ago Marthe, épouse Amon, présidente du comité de contrôle du parti de Laurent Gbagbo, dénonce en effet le manque de sincérité et de nombreuses irrégularités constatées dans le déroulement du processus.

« L’examen des pièces fait ressortir l’absence de documents attestant de la qualité de membre du PPA-CI, tant pour les candidates que pour les déléguées », indique la note de suspension. A propos des aucune des candidates déclarées, le communiqué révèle qu’aucune d’entre elle n’a fourni la preuve de sa qualité de membre du parti. Quant aux déléguées retenues dans le cadre de ce scrutin, aucun élément de preuve aux dossiers n’atteste de leur appartenance au parti, ni de leur identité réelle.

En effet, la seule indication sur des fiches à entête de certaines associations et mouvements politiques ne sauraient faire preuve suffisante d’appartenance des intéressés aux structures alléguées

« En effet, la seule indication sur des fiches à entête de certaines associations et mouvements politiques tels, ex-Union des femmes des nouvelles générations (UFNG), Les femmes des instances de l’ex-FPI, Mouvement deux millions de filles pour Gbagbo, les ex-fédérations de l’OFFPI, ne sauraient faire preuve suffisante d’appartenance des intéressés aux structures alléguées », explique le comité de contrôle.

En conséquence de ce qui précède et après délibération, le Comité de contrôle a déclaré irrecevable toutes les réclamations déférées devant lui et conclu subséquemment au caractère irrégulier et au manque de sincérité du processus électoral. Ordonnant également la suspension dudit processus électoral jusqu’à réunion des conditions prescrites par les dispositions statutaires et réglementaires. L'élection de la présidente de la ligue des femmes est prévue pour le jeudi 14 juin prochain.